Agence KINIC
15 Rue d’Alsace
63110 Beaumont

Sport et santé

padel et tennis

Que faut-il savoir pour la transition entre le tennis et le padel ?

Sport et santé, Tennis

Le Tennis et le padel semblent être similaires, que l’on est tenté d’y appliquer les mêmes principes. Il existe toutefois certains points qui font de grandes différences, tant sur le plan technique qu’en matière de règle de jeu. Ainsi, allant du tennis au padel, il faut impérativement savoir dans quoi s’embarquer.

Connaître les bases du padel pour bien commencer

Une aire de jeu à part

Le padel est un jeu de raquettes qui se joue dans un environnement fermé. Sur un terrain de 10 mètres par 20, des parois ou murs sont érigés. Ces derniers sont généralement des vitres. Ces dernières font que le padel soit un sport unique. Les professionnels utilisent cette vitre pour amoindrir la vitesse de ma balle et mieux préparer son coup, tout un univers à découvrir !

Un service presque similaire au tennis

Tout comme en tennis, le service au padel peut se faire sur deux tentatives en diagonal, à la cuillère. Mais, comment bien servir au padel ? Se plaçant derrière la ligne du carré, au fond, à droite ou à gauche, il faut tout d’abord faire rebondir la balle pour ensuite la frapper au-dessus de la ceinture. Pour que le jeu se fasse, il faut que la balle rebondisse sur une zone du carré de service de l’adversaire avant d’être jouée. Si la balle lancée pour le service heurte le grillage ou les murs au fond, et fait un rebond, il y aura faute.

Un décompte facile

En ce qui concerne le décompte en padel, il faut également 6 jeux pour gagner un set (15-30-40-A). Ainsi, l’équipe qui remporte deux sets gagne le match. Les points se comptent comme en tennis, mais avec deux options (un point décisif ou le système de l’avantage). En padel, il est possible de faire 3 points en récupérant une balle hors de terrain, ou encore par un contre smash sous quelques conditions.

Des équipements simples

Les matériels à avoir sont simples : un tamis en forme de goutte d’eau, une raquette de padel légère avec une épaisseur de 36 mm environ. Et pour finir, des paires de chaussures avec des semelles à chevron, pour éviter de glisser.

Les caractéristiques types du padel

À part le comptage des points, et le jeu à raquettes, le tennis et le padel sont des sports différents. En effet, le premier est un jeu individuel, tandis que le second est un jeu collectif. Les prestations physiques diffèrent également. Le tennis requiert plus de technique, alors que le padel demande plus d’efforts physiques. Et pour finir, il n’y a pas de ramassage de balle en padel car les vitres permettent un rebond efficace.

Il existe de nombreux smashs à connaître en padel comme le smash lent lifté à la grille ou encore le smash puissant à plat qui tend à ramener la balle dans son camp.

Mais, les plus connus sont :

  • La bandeja est un smash en padel. Il faut savoir que celui du tennis implique de la rapidité et de la force et de la technique. Alors qu’en padel, il n’en est rien, ou du moins pas aussi exigeant. Le bandeja en padel est un smash coupé, qui est assez lent. Ce coup s’intègre dans une stratégie, permettant de garder l’avantage du jeu, de manière offensive, face à un lob de l’adversaire.
  • La vibora est toutefois plus spectaculaire. Ce smash est frappé à hauteur d’épaules. La Vibora est un coup brossé et non coupé permettant de garder le filet et de déstabiliser le camp adverse.

Les pièges à éviter pour une transition réussie

Un lift pour gagner en puissance

Le lift en padel ne fonctionne pas autant qu’en tennis. Avec une approche technique, le lift en padel est tout bonnement difficile de par la nature de la raquette. En effet, sans cordes, il est difficile de faire lifter la balle. Par ailleurs, les parois des raquettes sont toujours lisses, compliquant davantage le jeu. Cependant, le lift en padel n’est pas impossible. Le lift permet de couper la lancée de la balle et d’éviter les rebonds, mais complique le renvoi qui suit.

Une force de frappe non modérée

Le jeu du padel nécessite une force de frappe à jauger. Il faut connaître qu’un terrain de 10 m sur 20 m est plus petit et plus court qu’un terrain de tennis. Ainsi, les fautes directes sont plus fréquentes. Il est à rappeler que la balle doit rebondir avant de frapper. Par cela, la force de frappe doit être modérée pour une réception ou un service réussi.

Maîtriser le smash à plat est nécessaire pour marquer des points en padel. En Tennis, les joueurs tentent de faire un smash à plat et de taper de toute leur force. Mais en padel, cela risque de se retourner en défaveur. Un smash trop puissant, et laissé de gré par l’adversaire heurter la vitre de fond, peut revenir vers celui qui l’a lancé. Ainsi, il est conseillé de ne pas appliquer les techniques du smash à plat en tennis sur un terrain de padel tennis.

Négliger la technique du Lob

Miser sur le Lob figure parmi les bonnes choses à faire. Mal vu par les pros du tennis, le lob est un contre coup intéressant et efficace en padel. Effectuer un lob en padel se fait sur une balle lente, avec les jambes fléchis et une frappe de balle à plat sur un mouvement de bas vers le haut. Pour cela, la requête doit se trouver en dessous de la balle pour l’accompagner dans sa descente.

Toujours avoir les yeux sur la balle. En effet, pour éviter les lésions, les balles de padel rebondissent vite. Ainsi, il faut couvrir trois zones pour un visuel complet : la vite du fond, la vitre latérale et la grille.

Le padel, pour un mindset à part

Le padel offre un esprit sportif. Dans ce domaine, le fair-play est la clé. En effet, les règles étant simples, il y a rarement de contestation. Comme le padel est un sport d’équipe, il développe le relationnel, accentue la complicité des équipes et apporte une ambiance conviviale. Pour les amateurs, le padel est un sport ludique permettant d’allier bien-être physique et bien être émotionnel.

Read more

6 équipements adaptés pour la pratique d’une activité de plein air en hiver

Sport et santé

Qu’il s’agisse d’une promenade à la campagne ou d’un jogging dans un parc, faire du sport en plein air procure une grande satisfaction, même en hiver. De nombreux passionnés de sport ne s’arrêtent pas même lorsque les températures descendent en dessous de zéro. Il arrive cependant souvent que les conditions météorologiques rendent difficile la pratique d’un sport pendant les mois d’hiver. C’est pourquoi il est bon de prendre quelques précautions pour s’assurer une pratique sportive agréable. Vous pourriez par exemple utiliser une veste imperméable et des chaussures adaptées à la neige pour plus de confort.

La veste imperméable pour conserver la chaleur du corps

Choisir une veste imperméable peut être une très bonne idée si vous voulez mener votre activité hivernale en plein air dans la quiétude. Vous serez ainsi protégé contre les intempéries. Ces vestes sont disponibles sur cette page en différentes tailles et couleurs, afin de vous protéger au mieux et avec style. Elles permettent également de maintenir une température corporelle confortable. Grâce aux vestes imperméables, la chaleur de votre corps n’est pas dissipée, elle reste longtemps sur vous, ce qui vous permet de moins sentir le froid de l’hiver.

Lors du choix de votre veste imperméable, vous devez faire attention à la coupe des vêtements. Cela peut sembler banal, mais ce n’est pas le cas. Le choix d’un vêtement dont la coupe est confortable et qui suit les mouvements du corps est essentiel, car il est synonyme de confort. Sur la neige, vous devez vous sentir libre de vos mouvements et ne pas vous sentir contraint, enfermé dans des vêtements résistants et inconfortables. Raison pour laquelle vous devez opter pour une veste imperméable qui vous assure un confort optimal.

Le bonnet ou la cagoule pour protéger la tête

La tête est la partie du corps la plus exposée lors d’une activité hivernale en plein air. C’est la partie qui dissipe le plus de chaleur. Sa protection ne doit pas être sous-estimée. Pour la protéger contre les intempéries, une casquette thermique, un bonnet ou un chamois feront l’affaire. Pour les froids extrêmes et les températures négatives, il est préférable de porter une cagoule qui couvre également la bouche et les joues.

Activité hivernale

Les gants de protection pour le sport en hiver

Lorsqu’il s’agit de vêtements de randonnée hivernale, vos mains doivent être prises en considération. Vous pouvez être amené à grimper des passages escarpés. Il est également possible que vous exposiez vos mains au vent en marchant et les trempiez dans la neige. C’est pourquoi vous devriez toujours essayer de porter des gants, éventuellement en combinaison avec des sous-gants ou, alternativement, des moufles et des mitaines.

Des chaussures adaptées à la neige

Vos pieds ont également besoin de chaussures mieux adaptées aux températures hivernales. Il n’est cependant pas toujours facile de choisir le bon type de chaussures. Il existe en effet des centaines de modèles sur le marché, mais chacun a sa fonction spécifique. On retrouve trois choses importantes à savoir sur les chaussures d’hiver. Tout d’abord, elles doivent être chaudes et imperméables. Ensuite, elles doivent avoir une bonne semelle qui peut offrir un soutien au pied. Enfin, elles doivent être à la bonne taille. Si les chaussures sont trop serrées, elles bloquent la circulation du pied, qui n’est pas suffisamment vascularisé et aura froid. Il est alors important de garder les orteils en mouvement à tout moment pour éviter qu’ils ne se refroidissent trop.

Des chaussettes pour affronter le froid

Les chaussettes vont de pair avec les chaussures. Une bonne paire de chaussettes aide à garder vos pieds au sec et au chaud, comme le font les sous-vêtements thermiques pour votre corps. Les chaussettes aident aussi à fournir le bon soutien dans certaines zones du pied telles que le talon, la plante et les orteils. Il est important d’avoir la bonne paire de chaussettes, surtout avec des bottes lourdes. Des chaussettes de qualité aident à lutter contre la transpiration des pieds. C’est le premier élément pour garantir l’isolation thermique et le vêtement idéal pour assurer un confort maximal pendant la marche. C’est pourquoi la chaussette doit s’adapter parfaitement au pied. Pour les températures inférieures à zéro, la laine est recommandée.

Le sac à dos d’hiver

Il est essentiel de toujours avoir tout ce dont vous avez besoin avec vous lorsque vous êtes en déplacement. Lorsque vous menez une activité en plein air, vous avez besoin de garder quelques articles supplémentaires. Le sac à dos vous permet alors de conserver en toute sécurité vos différents accessoires. Le sac à dos est confortable, spacieux et ne risque pas de glisser lorsque vous portez une lourde veste. Lorsque vous choisissez votre sac à dos, optez pour celui qui est fabriqué dans un matériau robuste. En particulier, il faut privilégier les sacs étanches. Cette caractéristique est très utile pendant la saison froide, lorsque vous pouvez être surpris par la pluie à tout moment.

Durant l’hiver, nous avons souvent envie de rester à l’intérieur avec une tasse de thé bien chaude, mais l’extérieur offre des possibilités infinies, même pendant la saison la plus froide. L’important est d’être préparé et d’avoir tout ce dont vous avez besoin pour protéger votre corps contre le froid.

Read more
BPJEPS AF et BPJEPS

Comment passer son BPJEPS AF ?

Sport et santé

Pour passer le brevet professionnel des activités gymniques de la forme et de la force (BPJEPS AF), il faut suivre une formation de coach sportif. Les personnes qui souhaitent y accéder doivent remplir les conditions exigées et réussir les épreuves de sélection visant à justifier leurs motivations et leurs aptitudes physiques.

Les conditions à remplir pour pouvoir passer le BPJEPS AF

Les candidats doivent :

  • Avoir plus de 18 ans (il existe néanmoins des dérogations dans certains cas),
  • Présenter un certificat médical d’aptitude de moins de 3 mois à compter de la date de l’inscription,
  • Pour les moins de 25 ans, présenter un certificat de participation à la Journée Défense et citoyenneté,
  • Avoir réussi l’épreuve du prérequis secourisme ou Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1).

Les épreuves de sélection

En principe, les candidats peuvent choisir entre deux options : le cours collectif (mention C), ou l’haltérophilie/musculation (mention D). 

La mention C s’adresse à ceux qui veulent se former aux techniques de cours de sports collectifs. Celle-ci permet également d’acquérir les compétences requises pour l’organisation des séances selon le profil, l’âge, la morphologie et les attentes des participants.

En revanche, la mention D concerne ceux qui souhaitent devenir coach sportif ou préparateur physique. La formation est axée sur les gestes de sécurité ainsi que sur une étude approfondie de l’anatomie humaine, surtout les muscles du corps.

Les épreuves comprennent deux épreuves physiques suivies d’un test écrit destiné à vérifier les connaissances générales et les capacités d’expression écrite des candidats. Ils devront également passer un entretien de motivation et présenter chacun leurs projets personnels devant un jury.

La première épreuve physique est un test commun pour tous les candidats, quelle que soit l’option choisie. Il s’agit du test de Luc Léger, lequel permet de déterminer la VMA (vitesse maximale aérobie) et la VO2 Max (consommation maximale d’oxygène) de chaque candidat. Également connu sous l’appellation de test navette, cette épreuve consiste à courir entre 2 plots de départ de 20 mètres. Le candidat doit se situer devant un plot lorsqu’un signal sonore retentit. Cette épreuve dure environ une quinzaine de minutes, et la vitesse de la course augmente de 0,5 km toutes les minutes. 

Par ailleurs, pour la deuxième épreuve, chaque mention a son propre test :

  • Pour l’option cours collectif, le candidat doit effectuer un cours collectif complet incluant des exercices d’échauffement (10 minutes), une séance de step (20 minutes), des exercices de renforcement musculaire pendant 20 minutes, ainsi qu’une séance d’étirements pendant 10 minutes.
  • Pour l’option haltérophilie-musculation, le candidat doit faire 3 exercices de musculation : des tractions, des squats et du bench press (développé couché).

Déroulement de la formation

Si vous avez réussi à passer ces épreuves, vous suivrez une formation en alternance au sein de l’organisme de formation et d’une entreprise d’accueil. L’objectif de la formation est de vous aider à acquérir l’ensemble des compétences nécessaires à l’encadrement d’un large public (pilotage de projet d’animation, organisation d’une séance de sport adaptée aux participants, techniques sportives et mesures de sécurité).

Il est possible de cumuler les deux options en suivant une formation complète.

Que faire si on n’est pas éligible au BPJEPS AF ?

Si vous ne répondez pas aux conditions exigées pour pouvoir passer le brevet professionnel des activités gymniques de la forme et de la force, ou si vous n’avez pas réussi les épreuves de sélection, il existe une alternative permettant de devenir coach sportif : la filière STAPS (formation universitaire), laquelle propose différentes spécialisations comme le management du sport, l’entraînement sportif ou encore les métiers de la forme.

Read more

Zoom sur le TRX

Sport et santé

C’est bien connu, le sport est bénéfique pour la santé et ses vertus ne sont plus à démontrer. En effet, la pratique d’une activité sportive améliore la condition physique et le bien-être. Parmi les plus populaires, on peut compter le TRX. Cette pratique sportive originaire des USA vous aidera à vous remettre en forme, ou encore à perdre du poids, selon vos besoins. Focus sur l’essentiel à savoir sur le TRX.

Le TRX : de quoi s’agit-il ?

Mis au point par l’armée américaine dans le but de proposer aux soldats un matériel d’entraînement facilement transportable, le TRX permet un entraînement complet. En effet, chaque partie du corps est sollicitée durant une séance. Chaque muscle est travaillé de façon totalement différente. Grâce à un système de sangle qui procure une instabilité de mouvement, l’entraînement permet d’apprendre à se contrôler. Rapprochez-vous d’une salle de sport comme canalgym.fr si vous souhaitez vous adonner à cette pratique sportive.

Le TRX est donc une activité sportive pratiquée généralement en club. Toutefois, vous pouvez aussi vous y adonner chez vous, à l’intérieur comme à l’extérieur de votre logement. Vous devez juste disposer des équipements nécessaires. Pour la pratique, il est plus judicieux de faire appel à un coach expérimenté, afin de bénéficier d’un accompagnement complet. Cependant, vous pouvez vous initier à ce sport grâce à des vidéos disponibles sur internet.

trx sport

Le TRX : qui peut le pratiquer ?

La pratique du TRX s’adresse à tout le monde, sans distinction de sexe ou d’âge. Cette activité est recommandée à toute personne désirant s’y mettre, sans considération de niveau. Pensez à vous équiper d’une tenue adéquate. En effet, vous devez disposer d’une paire de chaussures de sport adaptée au training, ainsi que de sangles hautement résistantes. Celles-ci peuvent coûter entre 20 et 200 euros, en fonction de la marque et du matériau.

Ainsi, le TRX constitue une bonne alternative à l’aquabiking, ou encore au bodypump. Toutefois, évitez de brûler les étapes. Vous devez choisir les exercices en fonction de votre niveau. Sachez que la pratique du TRX permet de briser la monotonie, grâce à son aspect ludique. En effet, cette pratique de renforcement musculaire permet des variations multiples qui favorisent l’alternance des mouvements. Vous pouvez donc facilement passer d’un exercice de renforcement à un exercice de cardio, sans aucun problème.

Le TRX : pourquoi pratiquer cette activité physique ?

La pratique du TRX présente quelques intérêts majeurs. Comme nous l’avons déjà évoqué, il permet d’améliorer considérablement la condition physique. Chaque muscle de votre corps est renforcé, des mollets aux trapèzes. Ainsi, il s’agit d’un moyen efficace de sculpter le corps. D’ailleurs, le TRX est très efficace pour éliminer les graisses de votre corps et pour brûler les calories. De plus, il permet de travailler et d’améliorer efficacement le cardio.

Les séances de TRX durent en moyenne entre 45 et 60 minutes. Le principe est simple : celui qui le pratique effectue ses exercices grâce à son propre poids. Chaque exercice se pratique selon un angle d’inclinaison. Si un déséquilibre est constaté, il y a lieu de renforcer le gainage des abdominaux afin de retrouver et de maintenir au maximum l’équilibre. Le TRX permet ainsi de repousser les limites de chacun.

Read more
sport en entreprise

L’intérêt de favoriser l’offre sport en entreprise

Sport et santé

En général, une entreprise est constituée majoritairement d’une équipe jeune. Et qui dit équipe jeune dit forcément de grands sportifs ! C’est pour cela d’ailleurs que 57 % des salariés estiment une société qui donnera une grande importance aux activités sportives dans leur entreprise.

Les bienfaits du sport

Il a déjà été prouvé que pratiquer une activité sportive dans leur entreprise est un plaisir voire même un besoin pour les salariés. La preuve : nombreux est l’effet du sport, il n’impact pas seulement sur le bien-être corporel et intellectuel de ces derniers, mais leur permet surtout de détresser, de se vider l’esprit afin de pouvoir mieux se concentrer dans le travail. Donc plus vous avantagez les activités sportives, plus vous garantissez le dynamisme et la motivation de votre personnel. Pour ce qui est des activités physiques, vous avez le choix entre la natation, le yoga, fitness, etc. 

Pour faire simple, faire du sport en entreprise est une manière d’avoir un autre regard sur le monde. Pour la simple et bonne raison qu’il s’agit aussi d’une façon de profiter des bienfaits apparentés à la pratique d’une activité sportive dans la vie de tous les jours. Les privilèges pour les participants sont de ce fait très nombreux à savoir une forme physique plus optimale, une baisse considérable du niveau de stress, une prévention des troubles musculosquelettiques, une hausse de la productivité ainsi que de la concentration et bien d’autres encore. Sans oublier de souligner le fait que le développement du sport en entreprise permet une meilleure conciliation des temps de vie. En d’autres termes, un salarié qui ne dispose pas du temps ou des moyens nécessaires pour faire du sport le soir peut pratiquer un exercice physique en pleine journée, directement sur son lieu de travail ou juste tout près.

En quoi l’offre sportive au travail est-elle importante ?

D’après 74 % des salariés eux-mêmes, faire du sport régulièrement contribue pleinement à leur bien-être au travail. D’autres disent même que l’effet du sport va améliorer leur performance et également créer une ambiance conviviale pour un bon esprit d’équipe. Et ceci va beaucoup jouer sur l’image de l’entreprise par la suite. Mieux encore, cette gaieté accroît la productivité de l’entreprise, soit une hausse de près de 12 %.

Le sport : une vraie source de motivation pour les salariés

Le saviez-vous ? Un salarié heureux est un salarié motivé. En effet, le sport leur permet de mieux évacuer la pression tout en rendant de bonnes humeurs. Il assure une bien meilleure concentration et donc de bien meilleure productivité. Et c’est également le moyen idéal de donner aux salariés l’envie de rester plus longtemps dans l’entreprise. Sans compter la réduction du taux d’absentéisme et d’arrêts maladie. 

Vous l’aurez alors compris, faire du sport en entreprise n’a rien d’un caprice. Bien au contraire, il s’agit d’une activité qui se révèle être efficace si l’on ne vérifie que le niveau de productivité des salariés. Bref, ne manquez surtout pas d’adopter cette stratégie pour mener à bien l’ensemble des projets de votre entreprise. 

Read more
surf et planche de surf

Equipement de surf : de la passion à l’amour du détail

Image d'athlète, Sport et santé

Les amateurs de sports de glisse mettent un point d’honneur sur la qualité de leur équipement. Cette qualité dépend des caractéristiques de l’équipement, notamment sa forme, ses matériaux constitutifs et les éventuels accessoires dont il est doté. Dans cet article, nous allons vous présenter les éléments qui permettent de reconnaître un équipement de surf de qualité.

Les matériaux caractéristiques d’un équipement de surf qualitatif

Pour reconnaître un équipement de surf de qualité, vous pouvez dans un premier temps vous référer aux matériaux qui constituent la planche.

La mousse

La mousse est un matériau qui est beaucoup utilisé pour la construction des planches de surf. Elle limite considérablement le risque d’accident et optimise donc la sécurité du surfeur. Mais la mousse est surtout appréciée pour sa flottaison et sa stabilité. Les planches de surf en mousse conviennent ainsi à toutes les catégories de surfeurs, y compris les débutants.

Le Dura-tec

Le Dura-tec est une sorte de mousse haute densité que vous trouverez généralement à l’intérieur des planches classiques en vibre de verre. Cette combinaison permet d’obtenir un matériau composite ultra solide. Une planche de surf en Dura-tec possède une durée de vie d’environ 10 ans. Celle-ci est donc nettement supérieure à la durée de vie d’une planche en mousse. D’où son prix qui est relativement élevé.

Le polyuréthane (PU)

La construction en polyuréthane est la plus vendue au monde. Elle combine un pain de mousse polyuréthane avec des tissus de fibre de verre et de la résine polyester. Alliant les propriétés de ces différents matériaux, la planche de surf faite en PU se distingue par sa flottaison, sa stabilité et sa résistance. Pour profiter d’un équipement qui affiche ces avantages, cliquez ici afin de trouver votre planche de surf idéale.

planche de surf

La résine époxy

C’est un autre matériau de planche de surf que nous pouvons distinguer. La construction époxy est faite à base de pain de mousse polystyrène, de tissus de fibre de verre et de la résine époxy. Son principal avantage réside dans sa solidité. Celle-ci permet d’améliorer la longévité de la planche de surf. Aussi, les planches en résine époxy ont l’avantage d’être plus légères que celles en résine polyester. Elles réagissent immédiatement à tous les mouvements du fait de leur structure très rigide.

La forme du pain de mousse, un critère non négligeable

Hormis le matériau constitutif de la planche de surf, il y a également la forme et la taille du pain de mousse qui peuvent définir la qualité de l’équipement. Aussi appelée shape, la forme ou la taille joue également un rôle sur la stabilité et la flottaison de la planche de surf.

Les planches mini-Malibu et Malibu

Les planches Malibu et mini-Malibu sont les plus grandes planches de surf. Elles mesurent entre 2,2 m (7,2 pouces) et 2,4 m (8 pouces). Ces planches de surf offrent beaucoup de portance, de flottaison et sont donc indiquées pour les débutants. Elles conviennent pour des premiers take-off en toute stabilité sur la planche.

La planche longboard

À côté des mini-malibu et malibu, vous avez la planche longboard. Cette dernière a la particularité d’offrir une stabilité déconcertante et une facilité de rame. Cela est favorisé par son important volume qui vous permettra de flotter aisément et de prendre toutes les vagues molles. Il convient toutefois de noter que le prix de la planche longboard est un peu plus élevé que celui de la planche mini-malibu.

La planche évolutive

La planche de surf évolutive mesure entre 6 et 6,6 pouces. Elle est donc dotée d’un gros volume, ce qui lui apporte une bonne flottabilité et suffisamment de stabilité. Facile à la rame, la planche évolutive vous donne la possibilité de prendre quasiment toutes les vagues et d’ainsi progresser rapidement. C’est un bon compromis entre le confort du malibu et la vivacité du shortboard.

La planche fish

Cette planche de surf allie les caractéristiques d’une grande planche à celles d’un shortboard un peu volumineux. Elle est de ce fait maniable, en plus d’être stable et de présenter une bonne flottabilité. Les avantages de la planche fish viennent aussi de son large nez et de sa tail qui facilitent des départs sur des petites vagues.

équipement planche de surf

Qu’en est-il des accessoires de l’équipement de surf ?

Tout comme les matériaux constitutifs et la forme de la planche, les accessoires ont également une influence sur la qualité de l’équipement de surf. Ainsi, parmi les accessoires qui vont vous permettre d’améliorer la qualité de votre équipement il y a le leash, la wax ou encore le support mural.

Le leash de surf

Il s’agit d’un cordon qui se fixe à la cheville afin d’attacher le surfeur à la planche. Le leash est donc un accessoire de sécurité qui permet de garder le contrôle de la planche et d’ainsi réduire le risque de la perdre. Le leash se décline sous des formes et des tailles variées. Vous pourrez de ce fait choisir la vôtre en fonction de vos besoins.

Les dérives de surf

Elles ont un impact considérable sur la performance de la planche de surf. C’est pourquoi, si vous tenez à améliorer la qualité de votre planche de surf, les ailerons sont des accessoires que vous devez absolument avoir. Vous choisirez les vôtres en fonction du système de fixation, du matériau ou encore de la taille.

La wax

Mélange de cire d’abeille et de paraffine, la wax est un accessoire qui améliore la protection et la sécurité du surfeur. Elle s’applique sur toute la surface de la planche de surf devant servir d’appui, c’est-à-dire la partie supérieure et les rails. Cela vous empêchera de glisser et de risquer de vous blesser.

Le support mural

Ranger une planche de surf lorsqu’elle n’est pas utilisée n’est pas toujours une tâche facile. Vous devez en effet vous assurer qu’elle soit en lieu sûr. Pour ce faire, vous pouvez compter sur les supports muraux pour planche de surf. Vendus en paire, ils vous donneront la possibilité d’accrocher votre planche, donc de la garder en toute sécurité et surtout loin des parasites.

Read more
sport et sommeil

Le sport et le sommeil

Sport et santé

Le sommeil est un état récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d’une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles réguliers. Il se distingue de l’inconscience par la préservation des réflexes et par la capacité de la personne endormie à ouvrir les yeux et à réagir à la parole et au toucher. (Source Wikipédia).

Dormir est indispensable à l’homme, il permet de « restaurer » notre cerveau et permet de mettre son corps au repos notamment au niveau cardio-vasculaire. Il joue donc également un rôle essentiel dans la qualité de nos journées.

Le sport consiste en une activité physique afin de conserver ou améliorer notre état santé par un ensemble d’exercices physiques pratiqués selon des règles. Il existe une multitude de sports qui auront des objectifs et des résultats différents. Certains sports pratiqués solliciteront davantage l’activité cardiaque, d’autres exigeront une sollicitation musculaire importante, etc…

A chaque individu, un sport sera à adapter en fonction de son état de santé, de ses objectifs et/ou de ses envies et capacités.

Les conditions pour que le sport soit bénéfique pour bien dormir

  1. Le choix du moment pour effectuer une séance de sport longue et/ou intensive est déterminant : toute activité physique faisant intervenir l’endurance cardiologique et musculaire devrait se pratiquer entre 16h et 19h. Cela permet de générer la quantité d’endorphines apaisantes, évacuer le stress et de trouver le sommeil plus simplement.

A contrario, effectuer une séance de sport tel que le yoga, le stretching ou le pilate après 20h engendrera relaxation et préparation à un bon sommeil.

  1. L’activité physique choisie : selon le sport, l’heure à laquelle on le pratique n’aura pas la même incidence sur votre endormissement.
  1. L’intensité fournie : il est bien connu que le sport permet le dépassement de soi mais pas à n’importe quelle condition et en tenant compte de l’état dans lequel on se sent au moment de la séance. S’écouter sur l’effort fourni est donc important. 
  1. La régularité des activités : Afin d’obtenir un résultat efficace sur le lien sport/sommeil, il est préférable d’avoir une activité sportive régulière afin que notre organisme intègre cette habitude.

Pourquoi le sport peut empêcher un bon sommeil

  1. Il n’est pas recommandé d’effectuer un entrainement intensif après 20h. Effectivement, notre rythme biologique est fait de sorte qu’à partir de 19h environ, notre corps commence à se « préparer » au repos. Le suractiver engendrerait des perturbations et donc des difficultés à trouver le sommeil peuvent apparaitre.
  1. De même, une intensité trop forte des efforts physiques tôt le matin (avant 10h) peut déclencher des risques cardio-vasculaires selon l’âge et l’état de santé. Il est préférable, si vous aimez pratiquer une activité le matin d’en choisir une d’intensité faible telle que la gym douce, le tai chi…
  1. Forcer sur l’intensité de l’effort si l’on est fatigué n’en effet aucun intérêt et ne permettra pas d’atteindre l’apaisement attendu.
  1. Faire une activité physique inhabituelle au mauvais horaire. Notre organisme possède son rythme et ne pas respecter son horloge interne expose à un dérèglement de notre endormissement et sommeil.

Quel rapport entre le manque de sommeil et le sport

  1. Une mauvaise nuit de sommeil provoque une fatigue et une baisse de la vigilance durant la journée.

Pratiquer du sport alors que l’on n’est « pas en forme » favorise le risque de blessure et/ou des séances inefficaces.

  1. Un mauvais équilibre entre le sport et le sommeil provoque fatigue, stress, réveils fréquents, changements d’humeur.
  1. Une mauvaise qualité du sommeil peut également être le signe d’un excès de sport inadapté le soir.
  1. Se laver après le sport est évident mais attention à la chaleur de l’eau si vous souhaitez mieux dormir : se doucher à l’eau froide peut être dangereux du fait de la différence de température, l’eau trop chaude est mauvaise pour le cœur. Une douche tiède est recommandée.
  2. Il vaut mieux éviter de boire du sucré ou des boissons énergisantes après avoir fait du sport. Mieux vaut bien s’hydrater à l’eau pure.

Pour résumer le sport joue un rôle sur notre sommeil et notre sommeil joue un rôle sur nos capacités sportives. A chacun de trouver son équilibre et son rythme en prenant soin d’écouter aussi son corps.

Read more