Agence KINIC
15 Rue d’Alsace
63110 Beaumont

E-sport

recherche de partenariat

La recherche de partenariat, une étape indispensable pour les clubs sportifs

Basket, Boxe, E-sport, Foot, Futsal, Handball, Hockey, Sport boules, Volley-Ball

L’équilibre budgétaire des clubs sportifs est parfois fragile. Les charges augmentent régulièrement alors que les recettes ont tendance à baisser. Pour pouvoir continuer à se développer, les associations sportives n’ont d’autres choix que de rechercher des partenaires privés ou mécènes. Une tâche pas toujours abordée de la meilleure des façons. Allan Kinic, CEO de l’agence Kinic, l’explique dans une interview pour le site Sportail.

La recherche de partenariat, un enjeu pour les associations

Pour continuer de proposer des activités physiques de qualité, avec des éducateurs diplômés, ainsi qu’un niveau sportif intéressant, les clubs n’ont pas d’autres choix que de diversifier les ressources financières.

Les subventions des collectivités (mairie, intercommunalité, département, région) ont tendance à diminuer ou au mieux stagner. Dans le même temps les frais, salaires, participations aux compétitions, déplacements augmentent à chaque début de saison.

Mais chercher, et surtout trouver, des sponsors n’est pas forcément une chose aisée. Il n’est pas rare de voir certaines associations abandonner complètement par manque de temps ou de compétence.

Pourtant un club ne doit pas négliger sa recherche de partenaires, même si ces derniers ne représentent qu’une toute petite part du budget global.

C’est aussi l’image du club qui en dépend, notamment vis à vis des partenaires publiques.

La commission partenariat

Pour bien démarrer la recherche de partenaires, il est important de créer au sein de l’association, un groupe dédié à cette tâche.

La création d’une commission « partenariat » est complètement adaptée.

Il ne faut pas qu’une seule et unique personne, au risque de la décourager, mais bien un groupe de plusieurs personnes par exemple le président, le trésorier et d’autres membres motivés.

L’audit interne du club

En suite, il y a un travail d’auto-critique à faire, afin d’analyser les forces et les faiblesses du club.

Le but est de pouvoir mettre en avant ce qui fait la force de l’association (nombre de licenciés, formation, unique en son genre…etc).

Il faut également créer des offres de visibilité/ou relations publiques adaptées au niveau général du club, à la concurrence, au tissu économique.

Les offres commerciales peuvent très bien s’affiner au fur et à mesure.

Il faut que le groupe/commission partenariat soit organisé, il faut par exemple tenir et mettre à jour un tableur excel avec la liste des partenaires, les coordonnées, les réponses (positives ou négatives) mais surtout qui et quand a « visité » le partenaire afin de ne pas le solliciter inutilement.

L’autre grand intérêt de ce type d’organisation est d’avoir une vision globale des partenariats en cours ou à venir, et suivre également le paiement et la facturation.

Nous vous conseillons également de ne pas vous rendre seule aux rendez-vous.

La plaquette commerciale ou le dossier de partenariat

N’oubliez pas non plus de créer une plaquette commerciale, ou dossier de partenariat, avec la présentation de votre club, quelques chiffres importants, et vos offres.

Quand un partenaire a signé, c’est loin d’être fini, un suivie personnalisé de la prestation, garder le contact vous facilitera grandement la tâche la saison suivante.

N’hésitez pas à inviter vos partenaires aux événements, à connaitre les offres promotionnelles que vous pourriez proposer à vos adhérents et bien plus encore.

Attention à ne pas confondre partenariat (publicité) et mécénat, qui ouvre le droit à une déduction fiscale (60%).

Si vous souhaitez aller plus loin dans la recherche de partenariat, l’Agence Kinic propose un ebook en ligne mais également des formations sur site pour les structures.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

 

Read more
Cloud Gaming

Quel impact le Cloud Gaming va-t-il avoir sur l’eSport ?

E-sport

Si vous avez suivi l’E3 2019, vous avez forcément entendu parler du Cloud Gaming, cette nouvelle technologie qui propose de jouer à n’importe quel jeu sur tous vos appareils connectés à internet. Entre Google Stadia, le xCloud de Microsoft ou les offres de Cloud Computing comme ce que propose Shadow, le Cloud Gaming risque fortement d’impacter l’eSport tel que nous le connaissons.

Qu’est ce que c’est que le Cloud Gaming, et comment ça fonctionne ? 

Le Cloud Gaming est une technologie permettant de jouer aux jeux les plus récents en qualité maximum et en 60 images par seconde directement depuis son smartphone, sa TV connecté ou encore un vieux PC, du moment que ceux-ci soient connectés à Internet. Le jeu ne tourne en vérité pas directement sur ces appareils, mais sur des serveurs hébergés dans de gigantesques Data Centers, qui se chargent de renvoyer un retour vidéo sur votre machine, via un streaming. Dans l’absolu, ce n’est pas très différent de ce qu’il se passe lorsque vous faites un partage d’écran sur Skype ou que vous utilisez la fonctionnalité Bureau à Distance de Chrome. 

L’intérêt pour les éditeurs de jeux vidéo est évidente, puisqu’elle permet à n’importe quel utilisateur d’appareils connectés (c’est-à-dire tout le monde) de devenir un client potentiel, sans avoir à débourser une fortune pour acheter un PC ou une console dernier cri. 

Quel impact sur l’eSport ? 

Faisant suite au point précédent, cela signifie que de plus en plus de joueurs vont pouvoir se lancer dans l’eSport, et donc démocratiser un loisir qui pour le moment peut sembler réservé à une niche. C’est d’autant plus vrai quand on considère des offres comme le Stadia de chez Google, qui sera disponible gratuitement dans sa formule de base et qui permettra de rejoindre la partie d’un streamer sur l’appui d’un simple bouton. Car même si l’eSport, et le jeu vidéo en général, sont devenus des passe-temps tout à fait communs en France ou aux États-Unis, il n’en va pas forcément de même pour les habitants des pays en voie de développement, là où l’achat d’une machine dédiée au jeu peut représenter plusieurs mois de salaire. Dans ce sens, cela signifie que le Cloud Gaming risque d’ouvrir la porte à une toute nouvelle génération de joueurs qui vont pouvoir enrichir la communauté du jeu compétitif. Et c’est une excellente nouvelle ! Mais pour ce faire, il faudra au préalable que les acteurs du marché relèvent quelques défis qui risquent de ralentir l’arrivée du Cloud Gaming dans tous les foyers. 

Des contraintes légales et techniques à surmonter

On le sait, les législations en vigueur sont propres à chaque pays, et une activité proscrite dans un état peut être tout à fait tolérée dans un autre. Et il en va de même pour le jeu vidéo, et notamment en ce qui concerne la liste des jeux autorisés à la vente. Saviez-vous par exemple que GTA V était interdit en Australie ou au Brésil ? Et c’est cette différence juridique d’un pays à un autre qui risque de donner la migraine à Google et consorts. En effet, comment gérer au sein d’un service globalisé des différences législatives locales sans que certains utilisateurs ne se sentent floués. Imaginons que j’achète GTA V sur Stadia, et que je parte faire mes études en Australie, que se passe-t-il avec le jeu que j’ai légalement acheté avant mon départ ? Me sera-t-il impossible de le lancer, alors que j’ai pourtant dépensé de l’argent pour l’avoir ? Pourrais-je le lancer, au risque d’être dans l’illégalité vis-à-vis du pays dans lequel je me trouve ? Faudra-t-il que j’utilise un VPN pour jouer sur le Cloud, comme certains joueurs utilisant ExpressVPN pour pouvoir accéder aux jeux en ligne bannis en Chine ? Dans le cadre d’une offre plus proche du Game As Service, comme le Microsoft Game Pass, qui reprend dans les grandes lignes le modèle de Netflix mais appliqué au jeu vidéo (un catalogue de jeux utilisables en illimité, avec des différences d’une région à une autre), ce souci est alors plus facilement gérable. Peut-être que Google sera obligé de passer par ce type d’offre pour pouvoir proposer une expérience similaire à tous ses utilisateurs. 

Encore faut-il que ces derniers aient une connexion suffisamment rapide pour pouvoir accéder au service en question. C’est en effet le second souci que devront gérer les fournisseurs de Cloud Gaming, puisque le débit minimum nécessaire pour une expérience de jeu satisfaisante est à priori de 10 Mbit/s. Cela signifie donc un accès à la fibre optique. Mais quand on sait que la majorité du pays n’est toujours pas couverte par la fibre, on peut facilement imaginer que le Cloud Gaming sera, au moins dans un premier temps, un service réservé aux habitants des grandes métropoles, tandis que les bourgades plus modestes devront prendre leur mal en patience. De la même manière, la distance entre votre machine et le Data Center le plus proche aura forcément un impact sur le temps de latence entre vos actions et le moment où ces dernières seront prises en compte dans votre partie. Si pour des entreprises comme Microsoft ou Google, qui possèdent des serveurs presque partout dans le monde, cela ne sera pas forcément un énorme problème, cela risque fortement de limiter la possibilité de l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché. Ou alors ces derniers seront forcément dépendants d’un GAFAM pour pouvoir proposer une qualité de service satisfaisante, ce qui explique peut-être le rapprochement récent entre Nintendo et Microsoft. En effet, le constructeur japonais a d’ores et déjà fait quelques tests sur la possibilité de mettre en place une offre de Cloud Gaming sur la Nintendo Switch, notamment à travers un partenariat avec Ubisoft permettant aux joueurs japonais d’accéder à Assassin’s Creed : Odyssey directement depuis la console de Nintendo. 

Le Cloud Gaming va très certainement impacter notre loisir comme aucune autre technologie auparavant, en permettant à n’importe qui de se lancer dans l’eSport simplement depuis son téléphone. Peut-être que c’était justement le dernier coup de pouce qu’attendait l’eSport pour pouvoir prendre son envol et passer d’un hobby de niche à un loisir grand public ?

Et vous, pensez-vous que le Cloud Gaming va révolutionner le jeu vidéo ?

Read more
Visibilité

Quelles solutions pour donner plus de visibilité à son club ?

Basket, Boxe, E-sport, Foot, Futsal, Handball, Hockey, Run, Sport boules, UNSS, Volley-Ball

Votre Club a une vie, apprenez à partager son actualité ! Au-delà de la « com » que vous pouvez effectuer auprès des mairies et collectivités : faites-vous connaître et reconnaître ! Il existe aujourd’hui un panel de solutions pour augmenter votre visibilité et partager votre actualité.Utilisation des réseaux sociaux : un véritable tremplin

Faites-bouger votre Club, rendez-le vivant et attrayant ! Indispensable aujourd’hui, ayez un site Internet vous représentant, imagez-le, dynamisez-le et renseignez toutes les informations et rendez-vous à venir ! Si vous n’avez pas de site web, ayez à minima une page Facebook où les internautes peuvent trouver les informations générales de votre club et les événements ou tournois que vous organisez !

Publiez, oui, mais pas n’importe comment ! Apprenez à communiquer efficacement sur les différents supports ne s’improvise pas. Pour cela, des solutions existent. Sans passer par des community manager, vous pouvez vous faire aider ponctuellement par des professionnels de la communication et du marketing digital afin de dynamiser votre actualité : en ce domaine, Kinic Sport est le spécialiste !

Donnez envie aux internaute à participer à vos événements, faites connaitre vos activités et votre actualité.

On ne le répétera jamais assez, mais l’image de votre Club est votre image de marque : elle doit être irréprochable !

Pensez à la refonte de votre logo si besoin, vous devez être cohérents et coller à l’image de votre Club. Vos licenciés portent haut et fièrement vos couleurs, elles sont aussi importantes pour vous que pour eux.

Kinic Sport vous propose des solutions adaptées à vos besoins. En tant que spécialistes en communication et marketing digital sportif, notre équipe vous conseille au mieux selon votre public et votre activité. Un renforcement pour vous faire connaître et améliorer votre image.

Le format vidéo : mieux qu’un long discours

N’hésitez pas à faire appel à des professionnels de la vidéo et de la communication digitale : aujourd’hui tout passe par les réseaux sociaux ! Moins cher que les publications dans les journaux locaux et une plus grande visibilité permettant d’impacter un plus grand nombre : la vidéo promotionnelle.

Un format court, entre 2 minutes et 10 minutes tout au plus, miser sur des effets visuels parlants. Hier pour exister et attirer de nouveaux licenciés, il fallait se faire connaitre sur internet. Aujourd’hui, promouvoir et se différencier c’est assurer la pérennité de votre entité.

Les équipes de Kinic vous proposent de réaliser des spots vidéos, que ce soit pour assurer la promotion de votre Club ou pour la présentation de vos tournois et événements.

Quelle est la meilleure manière d’attirer de nouveaux licenciés ? Une belle présentation, un support vidéo vaut bien mieux que des mots.

Passez le cap du Live-Streaming !

Vous voulez partager un match, un tournois en direct à vos proches ou aux amoureux de votre discipline ? Pour les joueurs blessés, les parents ou famille qui n’ont pu se rendre sur place, pensez au live-streaming !

L’événement est filmé en direct et retranscrit également sur des plateformes telles que YouTube ou encore Facebook où vous pourrez diffuser le lien sans modération ! Petite astuce de l’agence : Misez sur le teaser !

Faites confiance aux équipes de Kinic Sport qui se déplacent dans vos clubs …. Un atout visibilité garantie !

Entretenez vos relations presse et public !

Donner de la visibilité à votre Club est un investissement, mais apprendre à le rendre rentable, est un challenge. Les équipes de Kinic Sport sont là, pour vous aider dans votre gestion avec la presse et votre public. Quels sont les pièges à éviter ? Ne pas communiquer n’importe comment à n’importe qui ! Le but n’étant pas de créer le buzz puis de tomber dans l’oubli, mais de créer de véritables relations avec la presse, qu’elle soit écrite, numérique, …  Parlez de vous, et que le public soit avec vous !

Retrouvez-nous très prochainement dans un concept inédit, au plus près du Sport et des Clubs sportifs !

Read more
diffusion du sport à la TV

La diffusion du sport à la TV bat tous les records.

Basket, Boxe, E-sport, Foot, Futsal, Handball, Hockey, Run, Sport boules, Volley-Ball

Comme chaque année et pour la 11ème fois consécutive, Fast Sport, centre de formation des professionnels du sport business, dévoile les données de son étude annuelle concernant les diffusions sportives.

Une étude qui bat tous les records pour la diffusion du sport à la TV en 2018

Avant tout chose, Fast Sport indique que « Sont exclues des données CSA, les chaines thématiques payantes telles que BeinSports, Eurosport, RMC Sport …Retransmissions sportives uniquement (à l’exclusion des reportages, documentaires, émissions …). » Il faut également savoir que les chiffres concernant la chaine L’Équipe ne sont pas issus du CSA mais d’une déclaration de la chaine elle-même.

Entre la coupe du monde de football et les jeux olympiques d’hiver, 2018 fut une excellente année pour la diffusion du sport à la TV. Plus de 4 200 heures ont été consacrées au sport sur les chaines nationales.

Au niveau du classement, arrive logiquement en tête le football, suivi du cyclisme, puis du rugby, de la pétanque et des sports automobiles qui entrent dans le TOP 5.

L’année 2018, avec 4 210 h 55, arrive ainsi juste derrière l’année 2016 qui avait comptabilisé 4 246 h 53 de sport à la TV.

Le tableau des sports les plus mis en avant par la TV

En première position, se positionne le football qui est diffusé sur 13 chaines, sur les 15 répertoriées. Le cyclisme, qui lui arrive juste derrière, est uniquement diffusé sur les chaines du groupe France Télévision et sur L’Équipe. Cette dernière permet à des sports comme le judo, le volley-ball et même le biathlon, de figurer dans le Top 10 grâce à ses contrats d’exclusivité.

@ Fast Sport

L’Équipe, France TV et Canal +, les meilleurs diffuseurs TV

Les trois entités regroupent plus de 94 % du sport à la TV. La chaine L’Équipe a diffusé en 2018 plus de 42 sports différents, ce qui la hisse au premier rang des chaines diffusant le plus grand nombre de sports avec 2 029 h 57, suivi par les chaines du groupe France TV avec 1 013 h 26, puis de Canal + avec 931 h 36. Parmi les sports diffusés par L’Équipe, nous retrouvons la Pétanque, le judo, le volley-ball, le kick boxing, le badminton, le catch, le futsal, l’haltérophilie, l’escalade, le hockey sur gazon, le sumo, les sports de force, le tir. Mais également, le pentathlon, le canoë kayak, le sport-boules, le beach-volleyball, le surf, l’escrime, le crossfit, le footgolf, le wakeboard.

@ Fast Sport

Le cyclisme, le tennis, le rugby, le patinage artistique à l’occasion des jeux olympiques d’hiver, et le football, représentent 53% de la diffusion des chaines du groupe France Télévision.

Enfin, Canal + reste fidèle à son top 5 année après année, avec le football, le rugby, le golf, le hockey sur glace et la formule 1. Il faut cependant savoir que la chaine reste le plus gros diffuseur de football sur le panel des 15 chaines répertoriées.

L’étude complète est à retrouver sur le site de Fast Sport. De son côté, l’agence Kinic est fière de mettre tout en œuvre pour la diffusion et l’exposition, que ce soit par la communication ou la médiatisation, de sports peu ou pas couverts par les médias. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter afin de voir ce qu’il est possible de faire pour l’exposition médiatique de votre structure sportive, quelle que soit sa taille.

Read more
orange e-ligue 1

Orange e-ligue 1 : Les premiers pas de Rokh E-sport

E-sport, FIFA

L’E-sport ou sport électronique se démocratise de plus en plus. Emissions TV, radio et retransmissions en direct sont dédiées à ce phénomène. Et notamment à l’Orange e-ligue 1.

La Orange e-ligue 1 un championnat reconnu

Aujourd’hui en France un jeu a su se démarquer et s’implanter dans le domaine e-sportif, FIFA.  BEIN qui consacre déjà une chaîne au E-sport s’investit encore plus avec la programmation d’une émission dédiée à la Orange E-ligue 1, véritable équivalent de la Ligue 1 Conforama. Cette dernière est animée par Bruce Grannec et Brak, deux grands de FIFA.  L’émission attire une bonne audience et véhicule une image professionnelle de l’E-sport. Au programme on retrouve tout ce qui fait le succès d’une émission de football classique, des debriefs de matchs, débats autour du mercato… Mais ce qui fait avant tout le charme de l’émission c’est le fait que certaines phases finales se jouent directement sur le plateau. Une émission à suivre pour tous les fans de football et de FIFA.

Si vous voulez en apprendre plus sur le fonctionnement de la Orange E-ligue 1 je vous invite à cliquer ici.

Rokh E-sport en Orange e-ligue 1 !

Aujourd’hui pourquoi parlons-nous de cette compétition ?

L’équipe Rokh E-sport, en partenariat avec la société Kinic fait ses premiers pas sur la pelouse de la Orange e-ligue 1. Le joueur de la structure e-sportive auvergnate, Enzo Ropert alias Enzhaut (évoluant sur Xbox-one) va participer à la finale de la Orange e-ligue 1 à Montpellier, ce qui n’est pas rien !

Retrouvez l’interview écrite exclusive réalisée par Street N’ Sports de Enzo Ropert en cliquant ici.

Le jeune joueur fera face à « Samylumiine » le samedi 3 mars au stade de l’Orange e-ligue sous les couleurs de Montpellier. Vous pourrez retrouver une rediffusion du match un mois plus tard sur BEIN sport dans l’émission dont nous avons parlé précédemment.

L’équipe Kinic souhaite bonne chance à Enzo Ropert pour son match.

Kinic accompagne les structures Esportives

Vous souhaitez faire connaitre votre structure Esport, communiquer autour de celle-ci. La société Kinic vous accompagne dans vos projets. Notre équipe peut se charger de la création de votre site web. Mais également de la gestion de vos réseaux sociaux ainsi que de la réalisation de vos visuels,…

Alors n’hésitez plus et contactez nous, Kinic est l’une des rares société de communication en France à promouvoir les projets et les équipes d’E-sport.

Read more