Interview de Ghyslain Morvan – Traiteur Grand

Interviews, Sponsoring
Ghyslain Morvan de traiteur grand

Pour ce cinquième épisode de Kinic Sport, le podcast, nous recevons Ghyslain Morvan, responsable de l’entreprise Traiteur Grand. Traiteur Grand s’engage auprès de ceux qui bougent les lignes, déplacent les montages, vont au-delà des horizons.Partager des valeurs sportives, c’est partager un état d’esprit : le goût de l’effort, le respect des règles, le dépassement de soi. C’est pour cette raison qu’ils sont partenaires officiels de nombreux club : les Béziers Angels en volley, les Vipers en Hockey sur glace et même l’USAM pour le hand.

Découvrez l’interview de Ghyslain Morvan

KINIC SPORT : Bonjour monsieur Morvan. Alors première question, présentez-vous-en quelques mots.

GHYSLAIN MORVAN : Ghyslain MORVAN, moi, je dirige le groupe Traiteur Grand depuis 15 ans. Traiteur Grand est un traiteur évènementiel, c’est à dire qu’on intervient lorsqu’il y a réunion d’un certain groupe de personnes, pour une réunion professionnelle, anniversaires professionnels ou personnels, mariages, tout ce qui est congrès, voilà, dans toutes ces occasions, c’est notre métier. 

KINIC SPORT : Alors, quel est votre parcours pour en être arriver là ? Rapidement, comment vous en êtes arrivé à créer cette société ?

GHYSLAIN MORVAN : Alors moi, j’étais étudiant et serveur en extra chez différents traiteurs à Montpellier dont celui de Monsieur Grand. En 2005, il a souhaité arrêter l’activité et puis finalement, en finissant mes études, j’ai cherché à reprendre la société. Aussitôt le diplôme en poche, j’ai concrétisé l’achat et quelques jours après avoir eu le diplôme, je me suis lancé en tant que traiteur et puis après, je me suis attelé à développer ce métier. 

KINIC SPORT : Alors vous l’avez dit, vous avez donc différents secteurs, mariage etc. on va dire un peu traditionnels de l’activité traiteur mais en plus, vous intervenez énormément dans le domaine sportif, c’est ce qui nous intéresse aujourd’hui. Alors pourquoi avoir décidé de prendre un petit peu ce domaine de l’évènementiel sportif, parce que ce ne sont pas toutes les entreprises de restauration et de traiteur qui se lancent dans l’évènementiel sportif et surtout à votre échelle, avec énormément d’événements et de structures sportives ?

GHYSLAIN MORVAN : Oui. Alors, il y a plusieurs raisons. Déjà, il faut savoir que participer à la vie associative et à la vie sportive, c’est plutôt un investissement en fait plutôt que réellement un gain ou une opportunité de marché. C’est plutôt participer à la vie locale, à la vie associative, voilà. Moi le territoire pendant à peu près 12 ans, enfin 15 ans au moment où j’ai entrepris cette démarche, m’avait apporté beaucoup. Et j’avais envie d’être un peu présent. Et puis, moi, je n’étais rien il y a encore quelques années. Et puis, maintenant, j’ai pu constituer une entreprise sympa donc voilà j’avais envie de participer à ça. C’était un de mes premiers objectifs et ensuite je trouve ce concept hyper vertueux dans la mesure où participer à de l’évènementiel sportif, c’est présenter nos produits à des occasions régulières et pouvoir dans la convivialité, montrer nos services et aussi inviter des clients, des collaborateurs parce que nous, l’investissement sportif, c’est aussi la possibilité de donner des places à des collaborateurs et du coup, d’avoir une démarche un petit peu sociale où, et bien des personnes qui n’auraient peut-être pas pu aller voir le match, peuvent y participer dans des conditions sympas puisqu’on est dans les loges.

KINIC SPORT : Alors et bien justement est-ce que vous pouvez nous énumérer un petit peu les différents évènements et les clubs que vous suivez dans votre région du sud anciennement Languedoc Roussillon principalement si je ne dis pas de bêtises ?

GHYSLAIN MORVAN : Oui, c’est ça, nous on est installé, on intervient de Béziers, Béziers Narbonne jusqu’à Nîmes à l’Est, un petit peu Arles et c’est dans ce secteur là que nous avons des partenariats. Donc, à Béziers on travaille avec l’ASBH le rugby en Pro D2. Nous avons côté montpelliérain, enfin en remontant un peu sur le bassin de Thau, nous travaillons avec le club de handball féminin et masculin Montpellier Frontignan Bassin de Thau. Nous avons aussi le sport féminin basket à Lattes, les Vipers à Montpellier, et après en remontant, nous avons l’USAM, donc club de Ligue 1 handball et le club de Bouillargues féminin de handball aussi.

KINIC SPORT : Et je précise les Vipers, c’est hockey sur glace hein c’est ça ?

GHYSLAIN MORVAN : Oui, oui, les Vipers, c’est hockey sur glace.

KINIC SPORT : Exactement, alors quelles sont vos missions principales en termes de sponsors, de partenaires pour les clubs sportifs, du coup ?

GHYSLAIN MORVAN : Bon alors moi, personnellement, je m’occupe des clients, des collaborateurs et puis de regarder les matchs et puis après bien-sûr, de discuter avec les clubs de manière à s’apporter un service mutuel, savoir ce dont ils ont besoin, ce que je peux apporter. Moi, mon job, c’est de travailler sur la collaboration et de l’intérêt mutuel de la collaboration.

KINIC SPORT : Comment se passe la relation avec les clubs avec qui vous travaillez ?

GHYSLAIN MORVAN : Alors la relation, elle se créée en fonction de qui a besoin de qui. C’est-à-dire que si c’est un club qui cherche à instaurer un système de convivialité, et bien, ils vont nous démarcher, ils vont démarcher j’imagine un peu les prestataires qu’ils connaissent et entamer une discussion une négociation sur les modalités. Et parfois, c’est moi qui cherche à le faire. On n’a pas forcément de rayonnement sportif ou d’implication dans la vie associative ou sportive, c’est moi qui vais chercher des partenaires quoi.

KINIC SPORT : Avez-vous des profils de clubs ou de sport spécifiques et si oui lesquels ? Vous avez un petit peu répondu à la question tout à l’heure mais voilà est-ce que vous avez un type de structures, d’évènements, de sports que vous sollicitez plus ?

GHYSLAIN MORVAN : Alors oui évidemment. Alors ça ne va pas être plutôt « est-ce que c’est du sport ballon etc. », nous, notre recherche, ça va être plutôt quels sont les sports qui placent la convivialité comme un atout important. C’est-à-dire que quand un club, d’abord, il veut viser un résultat sportif, il veut apporter un spectacle, et puis bien sûr il cherche à avoir des partenaires et en contrepartie leur offrir de la convivialité, c’est un assemblage de plusieurs briques. Et nous, ce qu’on va chercher, c’est un club qui veut placer la convivialité comme un atout principal. C’est-à-dire que s’il met tout sur le spectacle et le résultat sportif, il va plutôt jouer sur les recrues etc. Bon l’inconvénient de ce système, c’est que le sport, on le connait, ce n’est pas garantie, on n’est pas obligé d’avoir les résultats, on peut avoir les meilleurs joueurs mais on n’est pas forcément obligé d’avoir les meilleurs résultats. L’avantage avec moi, c’est ce que je leur dis, c’est que moi, s’ils mettent un certain budget, ils sont certains du résultat qui va arriver, c’est-à-dire que moi, je leur apporte des prestations de qualité, ce qui veut dire que même si le résultat sportif n’est pas au rendez-vous, derrière, quand on va assurer la convivialité, servir le repas ou autre, et bien là, on va se régaler. Alors que si c’est l’inverse, où on a misé sur le résultat sportif et puis que la convivialité n’est pas top, bah, peut-être qu’on peut perdre des partenaires parce que on n’a pas su les garder avec la convivialité, voilà moi je mise sur ça. Je mise sur : est-ce que la convivialité pour vous c’est un atout principal ou est-ce que bon c’est un peu la fonction obligatoire ? Oui, il faut donner à manger aux prestataires et aux partenaires, et voilà. 

KINIC SPORT : Et bien justement, je vais vous retourner la question. Avec votre expérience à vous, est-ce que vous pensez que la convivialité et puis tout ce qu’on appelle un petit peu vous savez les relations publiques, est-ce que c’est important et dans quelle mesure c’est important ? Je vous retourne la question.

GHYSLAIN MORVAN : Oui, oui, à mon avis, ça l’est. C’est pour ça d’ailleurs que quand on a entrepris cette démarche de pénétrer dans le monde du sport, ça a plutôt bien matché. On a quand même des clubs majeurs. C’est parce que comme je vous l’ai dit, le résultat sportif est la roulette russe parce que ce n’est pas évident alors que si vous travaillez avec moi, on sait ce à quoi on s’attend, niveau qualité. Donc ça permet de faire un bon repas, même après une défaite, vous voyez par exemple. Les clubs sont de plus en plus dépendants des partenaires privés plus que des partenaires publics, ils essaient d’équilibrer. D’ailleurs, je crois même que, sans être un expert du sujet, les grandes instances du sport vérifient à ce qu’il y est un certain équilibre, au niveau de leur retour, et vous gardez un partenaire parce que vous lui apportez de la convivialité et qu’il peut peut-être derrière faire du business. Moi, j’ai compris qu’il y avait cette direction prise par les clubs et je me suis mis là pour les accompagner dans cette démarche. 

KINIC SPORT : J’ai une petite question aussi. Vous qui êtes à la fois partenaire et prestataire de clubs qui évoluent dans la même zone, je pense notamment à Béziers avec le rugby, et le volley à Montpellier. Comment vous voyez un petit peu cette rivalité entre les clubs dans une zone géographique semblable ?

GHYSLAIN MORVAN : Alors les clubs que j’accompagne ne sont pas de rivaux locaux, à part peut-être le handball Nîmes et le handball Montpellier. Il peut y avoir un derby qui évolue tous les deux en Ligue 1 et en plus, en haut de tableau. Le rugby par exemple, Béziers, c’est Pro D2 donc on est plutôt en, Montpellier est au-dessus, enfin voilà il n’y a pas vraiment cette rivalité. Et c’est marrant effectivement, d’assister au match Montpellier Nîmes sur le handball parce que nous sommes un sponsor majeur et puis du coup c’est sur le territoire Montpelliérain aussi quoi, c’est marrant. Après nous, il faut savoir que ce sont des sociétés indépendantes, c’est la marque qui est distribuée sur le territoire, mais ce sont des entreprises indépendantes qui évoluent à Montpellier ou à Béziers donc on pourrait presque avoir même deux entreprises du même groupe qui se bagarrent sur le match, sur le territoire, c’est marrant.

KINIC SPORT : D’accord, merci. Alors quel est l’intérêt pour une entreprise comme la votre d’être partenaire de différents clubs. Là, je vais plutôt voir le côté visibilité et relation publique.

GHYSLAIN MORVAN : Alors évidemment la visibilité, ça c’est évident. Donc c’est-à-dire que la visibilité, elle va être sur les moyens quels qu’ils soient.  Si vous vendez des climatisations et que vous avez votre logo sur le maillot ou sur le stade, et bien voilà vous avez de la visibilité. Moi, je l’ai aussi en tant que prestataire et partenaire traiteur. La différence avec mon métier c’est qu’en plus moi je prends une visibilité avant match, après match, et c’est un petit peu la différence c’est que je vais pouvoir inviter du monde ou en tout cas faire profiter à tous les partenaires du club de mes produits. Donc c’est pour ça que j’ai la volonté d’apporter un service plutôt de qualité et que je vise des clubs qui visent aussi la convivialité pour que ça puisse être un vrai replay de ce qu’on peut faire.

KINIC SPORT : Comment communiquez-vous vos relations avec vos clubs partenaires ? Comment vous communiquez le fait que vous êtes partenaire de tel ou tel club ? On parle beaucoup de digital, notamment au niveau des partenaires surtout en ce moment, voilà, est-ce que sur les réseaux sociaux, sur vos sites web ou vos supports, est-ce que vous communiquez bien sur ces partenariats ?

GHYSLAIN MORVAN : Oui, il y a une grosse culture de la communication et puis du partage. Donc, chaque année normalement on fait un petit pot avec les clubs partenaires au sein de nos locaux et puis on fait des photos, on publie ça sur les réseaux sociaux, on fait connaissance aussi, ça permet des fois de mettre en relation des présidents de clubs qui ne se connaissaient pas, sur des univers différents, des sports différents. Moi, j’organise ça chaque année. Cette année malheureusement, on n’a pas pu le faire, ça n’a pas pu avec les raisons que tous le monde connait. Donc on communique là-dessus et puis, bien sûr, nous on a notre communication sur place, sur le terrain, dans les locaux, il y a toujours des petits visuels, on a des maillots affichés un peu partout dans les couloirs, dans les bureaux. Enfin voilà, on a vraiment la culture de partager cela et de communiquer. Il faut savoir que c’est dans les deux sens. Je sais que les partenaires, les clubs sportifs vraiment renvoient l’ascenseur, ils jouent vraiment le jeu. Ils savent qu’ils ne peuvent pas forcément apporter la même visibilité avec les matchs à huit clos donc ils prennent le relais avec le digital, il y a une importance du digital maintenant qui est arrivé et qui est nécessaire.

KINIC SPORT : Alors, vous en avez un petit peu parlé mais en cette période si particulière de crise sanitaire, les clubs ont moins de visibilité, comment faire face à cela ? Est-ce que moins de visibilité pour un club signifie moins de visibilité pour vous également indirectement et puis même au niveau des relations publiques également ?

GHYSLAIN MORVAN : Oui, alors il ne faut pas sous-estimer les chargés de partenaires des clubs parce qu’ils ont tous, ils font tous preuve d’innovations, de réactivité, chacun a trouvé de nouvelles méthodes pour mettre en avant les partenaires. Je pense au BLMA, au FTH enfin vraiment tous les clubs à chaque fois ont trouvé une opportunité de visibilité à apporter aux partenaires. Que ce soit pour nous ou que ce soit pour les autres mais en ce qui me concerne, ils ont quand même continué toute la continuité, de la livraison à domicile pour petits colis pour regarder les matchs, enfin voilà, je suis même surpris de leur capacité en fait à virevolter dans ce secteur là et à changer de méthode à cause du contexte. Donc, on considère nous, que le contrat est rempli et qu’ils font le job.

KINIC SPORT : Donc vous allez continuer à les suivre et à les soutenir ?

GHYSLAIN MORVAN : Bah, ça, je verrai ça avec ma Ma DAF. On regardera le bilan de l’année parce que ce sont des budgets qui sont conséquents. Nous, on a la volonté. Maintenant, c’est la loi du marché, la loi du business et la loi aussi économique qui va peut-être nous faire réduire ou nous faire accélérer, on attend de tirer des leçons de tout ce qu’il vient de se passer. Mais nous, en tout cas, on a la volonté oui, on n’a pas entrepris cette démarche il y a 3 ans pour maintenant tout stopper non, on a la volonté de continuer et on espère qu’avec les clubs on trouvera la bonne solution.

KINIC SPORT : Vous avez dit il y a 3 ans, c’est donc il y a 3 ans que vous avez pris ce virage de l’évènementiel sportif ?

GHYSLAIN MORVAN : Oui voilà. Avant on le faisait, c’était pratiquement ponctuel et puis ce n’était pas vraiment une vraie philosophie. Là on s’y est vraiment mis il y a 3 ans en fait. 

KINIC SPORT : D’accord, et vous ne regrettez pas votre choix du coup ?

GHYSLAIN MORVAN : Non, du tout, au contraire.

KINIC SPORT : Bon et bien merci en tout cas Ghyslain MORVAN. Je le rappelle vous êtes le chef d’entreprise, le responsable dirigeant de Traiteur Grand donc dans tout le sud. Si vous avez un petit mot pour conclure sur la zone géographique et où on peut retrouver vos informations, peut-être un site internet éventuellement ?

GHYSLAIN MORVAN : C’est gentil merci. Et bien écoutez en ce moment, on ne peut pas trop faire d’évènementiel. Donc avec plusieurs traiteurs ; on s’est réunis autour d’une plateforme qui s’appelle Box Eat et on peut retrouver sur ce site des plats cuisinés accompagnés, que l’on peut recevoir à la maison ou en réunion de type plateaux repas et avec une forte empreinte éco responsable puisque la leçon que l’on va retirer de tout ça, c’est qu’il faut faire quelque chose pour l’humanité, pour la planète. Et du coup, on tire cette plate-forme vers tout ce qui est possible en matière de développement durable et de responsabilité sociétale. Et puis, sur le site, vous pouvez retrouver toutes nos nouveautés, tant que l’on est dans cette période. Et puis bien sûr, ce sont des choses qui vont continuer et être pérennes puisque les plateaux repas ou les plateaux réunions auront toujours de bons jours devant eux. 

KINIC SPORT : D’accord. Vous avez un site internet ? 

GHYSLAIN MORVAN : Traiteur Grand oui, traiteur-grand.fr, pour l’activité évènementiel, mariages, classiques, et puis surtout les congrès et évènementiels d’entreprise, et tout ce qui reprendra vie après l’épisode. 

KINIC SPORT : D’accord. Et bien parfait, je vous remercie énormément d’avoir répondu à nos questions et notamment autour de votre partenariat avec les clubs sportifs de votre région. Merci beaucoup.

GHYSLAIN MORVAN : Merci à vous, avec plaisir. Au revoir.

Retrouvez le podcast de l’interview dès maintenant


 

NSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWLETTER

CEO à | 0778265083 | [email protected] | Site Web | Plus de publications

Allan Kinic est le fondateur de l'agence Kinic. Expert en communication et marketing sportif, il anime régulièrement des formations et des conférences sur le sujet. Il accompagne les clubs, ligues et fédérations depuis de nombreuses années.

Poster un commentaire